The Green Party of Quebec is currently looking for candidates in most regions of Quebec! Learn more →

La réforme du mode de scrutin vulgarisée

 

Pour beaucoup d'entre nous, la réforme du scrutin est un véritable casse-tête ! Listes régionales, scrutin proportionnel mixte, uninominal majoritaire à un tour, OUF ! 

L'équipe du Parti Vert vous propose donc une petite vulgarisation pour vous faire comprendre l'importance de ce débat et de la signature historique des partis d'opposition. 

L’œil de l’actualité

Au Québec, le mode de scrutin est de type majoritaire uninominal à un tour.  On compte 125 circonscriptions réparties sur l’ensemble de la province. Toutes les circonscriptions sont composées d’un certain nombre de citoyens qui est approximativement commun à celles-ci.

Depuis 2014, quatre partis politiques luttent pour changer ce mode de scrutin, dont notre famille politique.

Demandons-nous en quoi cela consiste ?

Le scrutin proportionnel mixte que l’on souhaite sera divisé en deux parties :

75 des sièges du parlement seront réservés au scrutin majoritaire. C’est-à-dire que les circonscriptions seront réduites au nombre de 75, schéma calqué sur le fédéral. Ces sièges seront attribués aux candidats ayant obtenu le plus de voix dans sa circonscription. Les 50 autres sièges seront définis par un scrutin proportionnel. Chaque partie proposera des listes de candidats. Le parti ayant obtenu x % de voix obtiendra x % des sièges au sein du parlement.

Abordons maintenant les avantages et les inconvénients de ce système :

D’abord, le scrutin mixte permettra une représentation équitable de l’ensemble des tendances électorales. Il va favoriser le multipartisme et la formation d’un gouvernement en coalition.

La représentation des femmes au parlement deviendra majoritaire. Des politologues ont analysé les modes de scrutins mixtes. Dans les 31 parlements constitués par un scrutin majoritaire et pluraliste, la moyenne de représentation des femmes est de 12,7 %. Dès qu'il y a une composante proportionnelle, ce taux double. Pour le parti qui présente le plus de femmes aux élections c’est un des arguments pionniers qui nous permet de défendre cette mesure.

Notons également que la participation électorale augmentera considérablement de plus de 5 à 6 points de pourcentage. Un système qui pourrait palier à la participation électorale en baisse partout en Occident.

Enfin, ce mode de scrutin maintiendrait un poids politique des régions plus important.

L’opposition face à ce mode électoral est importante et compte un argument principal : en effet, ce mode de scrutin favorisera l’éclatement du paysage politique et alors contredit. En effet, le mode de scrutin sera d’abord majoritaire avant d’être proportionnel ce qui assurera une stabilité et une meilleur représentativité dans l’hémicycle.

Avec ce mode de scrutin, quels seraient alors les résultats aux dernières élections ?

Un grand parti comme le Parti Libéral du Québec n’aurait obtenu que 52 sièges alors qu’il a remporté 70 sièges aux dernières élections. A l’inverse des partis de taille moyenne, comme Québec Solidaire qui aurait raflé près de 23 sièges alors qu’il n’en ont obtenu que 3. Enfin, Option nationale et le Parti vert remporteraient chacun un siège alors qu’ils n’en ont obtenu aucun aux dernières élections. Vous comprendrez alors la synthèse des politologues : « C'est compliqué et il n'y a pas grand monde qui a envie de fouiller là-dedans. Les seuls qui sont réellement allumés sur ces questions-là, ce sont les petits partis politiques. »

Cependant ce projet est soutenu par de nombreuses personnalités tels que le chroniqueur libertarien Éric Duhaime, l’ex-syndicaliste Gérald Larose ou le philosophe Michel Seymour.

Green Party of Quebec